En échange du statut de capitale, Montpellier prêt à donner la mer à Toulouse

La mairie de Montpellier, bleue comme la mer à 10 minutes
La mairie de Montpellier, bleue comme la mer à 10 minutes

Alors que les nouvelles capitales régionales ont été dévoilées, certaines villes déchues ont commencé à mettre en place les grandes manoeuvres. Zoom sur Montpellier, qui a adressé une demande désespérée à la nouvelle capitale de Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon : Toulouse.

« Je suis écoeuré, tout simplement écoeuré » a lâché Philippe Saurel, le maire de Montpellier, suite à l’annonce des nouvelles capitales. « On va tout de même pas laisser une ville rose, sans mer, sans plage, dominer la région. On va pas se laisser faire ! » a-t-il continué avant de jeter ses claquettes dans le sable en allant piquer une tête sur la plage du Grand Travers. Le lendemain, affichant le bronzage de la veille, le maire s’est rendu à Toulouse pour rencontrer son homologue afin de lui proposer un marché.

J’ai pris un petit pull au cas où il fasse un peu frisquette

Attablés en terrasse, enfin non pas en terrasse car il faisait un peu froid au bord de la Garonne, les deux maires ont longuement discuté. « Écoute Jean-Lou (Jean-Luc Moudenc, Ndlr), voilà ce que je te propose. Vous nous filez gentiment le statut de capitale, et nous on vous donne la mer. Et les touristes qui vont avec. En élargissant un peu la Garonne ça devrait rentrer les doigts dans le nez. » Perplexe jusqu’au dessert, le maire toulousain a tout de même « envisagé l’idée, pas inintéressante pour une ville si loin de la mer ». Impatient d’obtenir sa réponse, et surtout parce qu’il devait retourner à la plage finir son château de sable, Philippe Saurel lui aurait accordé un délai de réflexion.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *