Le 25 décembre, l’expression « Noyeux Joël » sera proscrite

noel

Comme chaque année, une poignée de personnes aguerries à l’exercice du troc tenteront d’échanger à nouveau les deux lettres de l’incontournable « Joyeux Noël ». Une tradition qui ne fait pas rire toute le monde, et pour laquelle le gouvernement a décidé de prendre les devants.

C’est le genre de manifestation qui passe inaperçue des médias, mais qui a tout de même son effet. Ce matin entre 6h44 et 7h17, une vingtaine de personnes déguisées en Père Noël ont manifesté devant le grand sapin de Bercy Village pour protester contre l’expression « Noyeux Joël ». Un gag récurrent qui consiste à switcher les deux premières lettres de chaque mot pour paraître drôle le jour des fêtes. Etienne, l’un d’entre eux, ne cachait pas sa colère : « C’est bien beau de vouloir tout échanger, mais ras-le-bol de cette blague pourrie. Qu’on trouve autre chose. » Sa femme Géraldine, qui n’avait pas pu trouver un costume à sa taille, ajoutait même : « Cette année, il faudrait pouvoir empêcher les gens de le faire tellement c’est insupportable. J’ai des amis à qui je ne parle plus à cause de ça, chaque année je reçois plein de textos avec cette phrase. Du coup je ne réponds même pas. »

Et pourquoi pas Poyeuse Jâques pendant qu’on y est ?

Avec son lot de slogans, tel que « Et pourquoi pas Poyeuse Jâques pendant qu’on y est ? », cette manifestation n’a pas fait la une des journaux. Pourtant, la ministre de la Culture Fleur Pellerin a réagi sur Twitter : « Fini les Noyeux Joël. À l’école c’était Pleur Fellerin, et ce n’était pas drôle. #NouvelleLoi. » D’après nos informations, elle aurait rencontré François Hollande dans l’après-midi pour mettre en place un décret interdisant l’expression « Noyeux Joël » entre le 24 décembre midi et le 25 à minuit. Un système de détection de l’échange des deux lettres serait en cours de développement pour faciliter la traque des petits malins qui voudraient employer l’expression. Leurs cadeaux de Noël seraient susceptibles de leur être confisqués.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *