Le geste fort de Froome : face aux critiques, il troque son vélo contre un Poulidor

Quand on lui parle de brocante, Christopher Froome baisse la tête
Quand on lui parle de brocante, Christopher Froome baisse la tête
Pris dans la tourmente depuis sa victoire écrasante mardi dès la deuxième étape de montagne, le champion britannique Chris Froome voit ressurgir les vieux démons du Tour de France. Sceptique face à  ses performances, le monde demande des explications.

Je ne suis pas un adepte des brocantes. Voilà, je l’ai dit.

Il est fatigué d’entendre toujours la même chanson. Alors pour stopper les critiques, Froome l’admet volontiers : « C’est vrai que mon vélo est plus léger que celui des autres, mais bon je ne suis pas un adepte des brocantes. D’autres sont peut être capables de pédaler sur une vieille bécane. Pas moi ». Le coureur fait ainsi allusion au peloton, adepte du troc de vieux vélos de course.

Il faut dire que son ascension fulgurante sur les derniers kilomètres a fait couler beaucoup d’encre depuis hier et suscité les réactions les plus violentes de la part des coureurs. « Il est parti comme ça, son dérailleur n’a pas fait un seul craquement quand il a changé de braquet. C’est injuste. Nous on a 20 kg à trimbaler et certains pignons sont cassés. » a pesté le français Thibaud Pinot, lâché dès les premiers kilomètres de l’ascension mardi.

En Espagne, la récup’ de vélo, ça se fait.

Mais la remarque la plus cinglante est venue de son rival espagnol Alberto Contador : « Les anglais ne savent pas récupérer. Chez nous, ça se fait. Mon jersey il n’est pas d’origine, Miguel Indurain l’a porté avant moi, je lui ai troqué contre un vieux bidon signé Gitanes ». Depuis, Christopher Froome semble être revenu sur sa position. D’après son manager, il se serait rendu dans une trocante dans un petit village près de Pau juste avant le départ hier matin, pour se procurer un vieux modèle Poulidor avec pédalier Stronglight d’origine. « Je n’ai pas trouvé de vélo assorti à mon maillot jaune », plaisantait-il lors du départ. Histoire de détendre l’atmosphère et d’éteindre une polémique qui enfle depuis plusieurs jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *