L’échange de numéros : le bon plan pour entrer en contact

Rebecca ne se gêne pas pour appeler ses amis.
Rebecca ne se gêne pas pour appeler ses amis.

C’est sans doute l’une des grandes nouveautés de cette fin d’année 2015. Dénichée par Rebecca, 15 ans, la tendance se dessine de plus en plus : pour entrer en contact avec quelqu’un, rien ne vaut un échange de numéro.

Le célèbre « T’es sur Facebook ? » vit peut-être ses derniers mois. Car aujourd’hui, il semblerait que la tendance n’est plus à s’ajouter comme ami sur Facebook, mais à carrément demander le numéro de son interlocuteur, même si on ne le connaît pas bien. Quitte à se mettre en marge de la société. Un vrai séisme dans le monde de l’échange de coordonnées.

Rebecca, 18 ans et demi la semaine prochaine, nous parle de cette nouvelle façon de faire. « La première fois que je l’ai fait, on m’a prise pour une tarée. J’ai dû ajouter la personne sur Facebook avant qu’il accepte de me donner son numéro. Mais maintenant je ne donne plus trop le choix aux gens, j’y vais cash. C’est assez cool en fait. »

Y a des potes qui l’ont essayé. Ils se sont fait tabasser.

Mais tous n’ont pas la même assurance que Rebecca. En tentant de l’imiter, certains ont payé de leur personne. À la récré, c’est Adrien qui s’est fait casser le nez en voulant ajouter une amie dans les contacts de son smartphone, à la lettre F. La coupable, Florence, reconnaît que c’était un peu exagéré. « Ça m’a mis hors de moi, parce que j’aurais pu atteindre les 2500 amis sur Facebook s’il avait bien voulu qu’on s’ajoute sur Facebook. »

Certains, qui n’osent pourtant pas encore se jeter à l’eau, reconnaissent l’avantage d’échanger son numéro. « C’est plus direct, plus personnel aussi. On appelle, et direct on discute. Ça change des LOL des hashtags.  » Mais trop en marge pour le moment, cette nouveauté ne fait pas encore l’unanimité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *